vie de l’AMAP

Articles archivés

Votre avis nous intéresse…

Créé par le 15 mai 2018 | Dans : vie de l'AMAP

coquillettes et cie

Créé par le 12 mai 2018 | Dans : vie de l'AMAP

Clément, paysan pastier à Nort sur Erdre vient nous voir

le 14 juin 2018 pour sa première distribution officielle !

Fusillis, pennes, spaghettis, coquillettes, tagliatelles et lasagnes sont au menu.

Pour en profiter, il vous faudra passer votre commande avant le 07 Juin  ICI

et ramener également à la distribution le contrat 2018

que vous trouverez dans la rubrique Les CONTRATS

FullSizeRender.jpg - copie

et bon appétit…

silence ça pousse !

Créé par le 10 mai 2018 | Dans : vie de l'AMAP

Dominique, notre boulanger nous a envoyé quelques nouvelles de son blé…

Le blé est déjà en épis et n’est pas uniforme

(et oui c’est du bio avec des anciennes variétés…)

blé au 06mai18 - copie DSC02044 - copie

Ca n’empeche pas les pains de cuire tranquillement dans le four pour

arriver tout frais le jeudi à la distribution !

DSC02062 - copie

Qui est ce ? Notre producteur pastier !

Créé par le 19 avr 2018 | Dans : vie de l'AMAP

Le défi de Clément Lecoq : devenir paysan pastier !

À parcours atypique, projet insolite ! Clément Lecoq, ancien étudiant en Sciences Po, a complètement changé de voie pour s’installer, cette année, en tant que… paysan pastier : c’est-à-dire producteur de pâtes. Un choix audacieux pour la région…

Publié le 28 Nov 16 à 8:38 – L’ECLAIREUR DE CHATEAUBRIANT
 -

Clément Lecoq et l’une de ses poules…

Si la production de céréales pour pâtes existe en France, elle est plus souvent cantonnée au sud du pays, où les conditions climatiques sont plus favorables pour ce genre de culture.

C’est donc un vrai challenge que s’est lancé Clément Lecoq, 29 ans, installé du côté de la Tindière à Nort-sur-Erdre. D’autant qu’à l’origine, le jeune homme ne se destinait pas vraiment à l’agriculture. Titulaire d’un bac S à la sortie du lycée, il est en effet parti étudier à Sciences Po à Bruxelles, en Belgique. « Je voulais travailler dans l’humanitaire. Mais en fait, ce que j’ai appris pendant mes études m’a plutôt dégoûté de cela », explique-t-il.

Clément sait pourtant qu’il ne supportera pas de travailler dans un bureau. « Je voulais pouvoir fonder une famille – ce qui n’était pas très compatible avec les missions humanitaires – et travailler en extérieur ».

Une rencontre au Vietnam qui le fait réfléchir…

Début 2013, afin de prendre du recul, il décide alors de s’offrir un voyage de six mois en Asie du sud-est. À l’époque, il envisage déjà l’option agricole. Il faut dire que sa mère – décédée quelque temps avant qu’il entreprenne son voyage – était dans le milieu puisqu’elle possédait un élevage de poules industriel. Et son frère aîné a lui aussi, depuis 2008 choisi une reconversion professionnelle pour s’installer comme maraîcher.

« J’envisageais de devenir paysan brasseur (producteur de céréales pour fabriquer de la bière, NDLR). Finalement, dans le Nord Vietnam, j’ai rencontré par hasard un paysan pastier français avec qui j’ai pu discuter. C’est ce qui m’a fait réfléchir ».

Des stages avant de s’installer

Une fois rentré de voyage, il effectue plusieurs stages et contrats salariés dans des exploitations agricoles. Il passe ensuite son BPREA (Brevet professionnel responsable d’exploitation agricole) à la Chambre d’agriculture de Nantes.

En 2014, son père, commercial tout juste retraité, décide lui aussi de prendre un nouveau cap et de s’installer comme éleveur de vaches nantaises. « Il l’a fait un peu à cause de mon propre projet », explique Clément Lecoq. « Il fait pâturer ses vaches sur mes terres, ce qui rentre dans le processus de rotation de mes céréales. Cela apporte de la matière organique ».

Depuis février dernier, sous l’égide de la Ciap (1), le jeune homme est en stage paysan créatif d’un an : c’est-à-dire que, tout en lançant son propre projet, il continue à se former auprès d’un autre agriculteur. En l’occurrence, un paysan pastier du Maine-et-Loire.

Et depuis avril, il bénéficie aussi du portage temporaire d’activité mis en place par la même Ciap : soit une aide technique, administrative et financière. « J’ai pu emprunter 40 000 € à travers eux, en plus des 35 000 € que j’apportais déjà ».

Trois tonnes de pâtes précommandées

Clément Lecoq met actuellement la dernière main au montage de son laboratoire, qui lui permettra la transformation de son blé dur en pâtes sèches. Un blé spécialement choisi pour endurer les conditions climatiques locales. « C’est du blé Poulard : une variété ancienne de blé dur, créé dans le nord de la France et possédant un gluten plus facilement assimilable. Il a failli disparaître mais depuis une dizaine d’années, on commence à en revoir. Il n’offre pas un gros rendement mais ses qualités gustatives sont incomparables », assure Clément Lecoq.

Sa première récolte, en juin dernier, n’a cependant pas été à la hauteur de ses espérances, suite à une météo largement défavorable. « Je me suis installé pile l’année où il ne fallait pas !, ironise-t-il. On a eu un printemps trop humide, puis un été trop chaud… ».

Sept formes de pâtes différentes

Néanmoins, cela ne l’empêchera pas d’assurer la production des « 3 tonnes de pâtes déjà quasiment précommandées » par les différentes Amap avec qui il s’est mis en relation. Il proposera sept formes différentes : coquillette, fusilli, nouille plate, penne, spaghetti, tagliatelle et lasagne.

D’ici là, Clément Lecoq aura déjà lancé sa vente d’œufs frais puisqu’il a fait l’acquisition, cet été, de 120 poules. Une partie sera utilisée pour la confection de pâtes aux œufs. « Mais ce genre de pâtes est vendu plus cher : de l’ordre de 7 € le kilo. Or, je veux aussi pouvoir produire des pâtes à un prix accessible à tous. Les pâtes sans œufs se vendent à 5 € et quelque le kilo ».

Cécile Rossin

(1) Coopérative d’installation en agriculture paysanne.

Soutenons cette action

Créé par le 16 avr 2018 | Dans : vie de l'AMAP

mkcijmpbmimpidmn

Bonjour les Ami.e.s !

Nous nous sommes déjà rencontrés, nous avons commencé à réfléchir ou travailler ensemble ou pas encore. Mais dans tous les cas, nous avons des valeurs communes, dont celle d’œuvrer en tant que citoyen.ne.e ou association pour une transition vers des solutions alternatives.

Coup d’accélérateur pour La Coop du Coin !!!

Deux campagnes très importantes sont lancées et pour lesquelles nous avons de besoin de vous. Attention à ne pas les confondre.

·        L’une s’appelle« Mon Projet pour ma Planète » (c’est l’objet de ce mail) et est ouverte jusqu’au 11 mai.

·        L’autre est un financement participatif proposé du 16 avril au 22 juin.

Mon projet pour la Planète

Il y a un peu plus d’un mois, nous avons répondu, dans la catégorie « Économie circulaire », à l’appel à projet du Ministère de la Transition écologique et solidaire « Mon Projet Pour La Planète ». Sur les 1 174 projets déposés, 418 ont été retenus comme « éligibles ». Le projet de la Coop du Coin a passé ce 1er cap !

 Maintenant, c’est à nous tou.te.s de jouerpour que notre projet reçoive un maximum de votes, ce qui nous permettra de recevoir une dotation conséquente du Ministère et de l’ADEME : un petit clic pour soutenir une grande et belle épicerie, coopérative et participative et toutes ses valeurs et objectifs associés !

 Plus de personnes votent, plus nous avons de chances de remporter la cagnotte,

alors cliquons AVANT LE 11 MAI !

 La démarche est simple :

·        Suivre ce lien

·        Cliquer sur le bouton vert « VOTER POUR ».

S’inscrire via sa page Facebook ou son mail et suivre les instructions.

UN GRAND MERCI POUR UN GRAND PROJET CITOYEN !

Soutenons cette action dans vie de l'AMAP

AG 2018

Créé par le 14 jan 2018 | Dans : vie de l'AMAP

Chers adhérents,

Nous vous attendons nombreux à l’Assemblée Générale de L’AMAP PAIMBLOTINE

le Jeudi 08 Février 2018

à 20H30, salle Belem

PAIMBOEUF

C’est pour tous l’occasion de s’informer sur l’actualité et l’activité de l’association mais c’est aussi un moment privilégié pour faire connaissance avec les nouveaux adhérents et recueillir vos avis, remarques et envies…

A bientot

Le Conseil d’administration

Les chèvres préparent leurs vacances d’hiver !

Créé par le 23 nov 2017 | Dans : vie de l'AMAP

Bonjour

Petite info pour cette fin d’année.

La production de fromage de chèvre 2017 touche à sa fin. En effet nous avons commencé à tarir une partie du troupeau. A compter de demain, mercredi 22 novembre, nous n’aurons plus qu’une vingtaine de litres de lait par jour. Ce qui est très peu mais normal.

La production de tomme est arrêtée (pas d’inquiétude il y en reste assez pour tout le monde), celles de yaourts, de faisselles, de fromage blanc sont diminués de moitié (donc pensez à les réserver d’une semaine à l’autre). Ceci afin de favoriser la production de fromages lactiques que vous consommez régulièrement et avoir un stock pour prévoir les réservations de Noël.

C’est pourquoi il faut dès à présent penser à vos fromages pour Noël. Nous sommes conscients que c’est encore loin pour vous. Mais de notre côté, et afin de satisfaire tous nos points de vente jusqu’à Noël, nous vous demandons d’anticiper vos réservations (comme l’année dernière).

Vous pouvez dès à présent nous les adresser par mail si vous le désirez. Nous prendrons les dernières réservations jeudi 30 novembre.

Merci de votre compréhension.

Au jeudi 30 novembre.

 

Chrystelle et Augustin

QUI A GAGNÉ ?

Créé par le 10 sept 2017 | Dans : vie de l'AMAP

Bonjour,
Lors du Forum des associations à Saint Viaud, de nombreuses personnes ont pris le temps de s’arreter sur notre stand pour participer à notre « jeu du panier ». Il s’agissait d’estimer le panier de légumes que Stéphanie, notre productrice nous avait préparé.
Le poids du panier était 9,960KG. Bravo à Brigitte J. qui s’en rapprochait le plus. Elle pourra venir récupérer en cadeau un panier de légumes lors d’une prochaine distribution !
IMG_2249

C’est ce week end !

Créé par le 01 sept 2017 | Dans : vie de l'AMAP

Affiche forum 2017

Laurent, notre apiculteur !

Créé par le 28 août 2017 | Dans : vie de l'AMAP

Laurent ROBART est disposé à ouvrir son exploitation à celles et ceux qui sont intéressés pour découvrir les modalités de la récolte et de la production de son miel en le suivant une journée entière. 

image002

Il propose trois moments différents dans la saison correspondant aux phases successives du processus :

  • La récolte de printemps, en avril
  • La récolte d’été, en juillet
  • L’hivernage, en octobre.

Une journée de récolte du miel se déroule en deux étapes :

  • La récolte des hausses dans les ruches le matin
  • L’extraction et la filtration du miel l’après-midi

L’hivernage consiste en la récupération des ruches à l’automne et leur préparation pour la saison suivante.

Vous pouvez opter pour l’une des trois périodes au choix. Vous accompagnerez l’apiculteur en tenue dans les différentes étapes de la récolte ou de l’hivernage.

Le nombre de tenues de protection étant limité, la visite est accessible à un maximum de trois personnes par jour. Les enfants présents, équipés de tenue de protection, seront sous la responsabilité de leurs parents.

Dans un premier temps, dites-nous par mail a amappaimblotine@yahoo.fr si vous êtes intéressés en précisant vos jours de disponibilité et nous organiserons les visites en tenant compte de la météo qui doit être favorable.

André votre référent MIEL

image006

12345

Parampere |
Humanimo13 |
Orphelinsdalega |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gem Bernay
| Alesiah
| Uqhchampaviotte